Articles

D’où vient notre nourriture

La Fourmi Verte est persuadée que le problème du gaspillage alimentaire dans notre société est dû à un manque de valorisation par rapport à ce que représente la nourriture. 

Depuis des décennies, nous avons séparé chaque étape de la chaîne agroalimentaire dans un souci d’optimisation du volume global de production et de distribution, mais, ce faisant, nous avons éloigné sinon écarté un grand nombre d’individus de la réalité de ce processus. Je vous assure que les ventes de bacon chuteraient considérablement si une tête de cochon était disposée à côté du bacon sur le comptoir de vente. Toutefois, si nous mangeons du bacon, il n’y a pas lieu d’avoir un dilemme moral puisque nous savons bien qu’il faut tuer un cochon pour l’obtenir dans notre assiette.  Donc, la présence de la tête ne devrait pas vraiment influencer l’achat ou non de bacon. En réalité, c’est le cas, du moins pour la plupart d’entre nous, et cela tient au fait que nous sommes complètement déconnectés de notre nourriture par le système industrialisé de production alimentaire dont nous faisons partie. Nous ignorons tout de ce qui se passe avant que la viande se retrouve au bout de notre fourchette.

La Fourmi Verte espère que, en sensibilisant les populations à l’alimentation, nous commencerons à enrayer l’ignorance généralisée sur le sujet. Ou, à tout le moins, que cela déclenchera une prise de conscience sur la réalité de notre approvisionnement en nourriture. Faire réfléchir les gens sur la provenance de leurs aliments les amènera inévitablement à s’interroger sur leur destination, et c’est précisément dans ce sens que nous voulons que les gens pensent.

En tant qu’organisation, nous nous efforçons de transmettre le plus possible cette information aux enfants.  En général, plus on est jeune, plus on est ouvert au changement, dans la mesure où l’on n’a pas encore eu assez de temps pour se forger une idée bien arrêtée. Si notre société espère diminuer la quantité de nourriture que nous gaspillons, construire une immense entreprise qui ramasse les déchets alimentaires des restaurants et les transforme en fourrage (bien que cela se justifie) ne suffira pas! La vraie solution sera d’éduquer nos jeunes et de leur donner les connaissances et les chances nécessaires pour créer une multitude de systèmes cohérents de gestion des déchets alimentaires.